Musique prénatale


Dans d’autres billets, nous avons commencé à explorer tous les bienfaits physiques et psychologiques que nous pouvons tirer de la musique. Et qu’en est-il du fœtus dans le ventre de sa mère ?
Beaucoup de parents qui attendent un enfant se posent des questions à ce sujet : est-ce que le bébé à venir peut entendre, écouter, reconnaître la voix de sa mère ou de son père ? Et le bébé une fois né pourra-t-il reconnaître les musiques qu’il a entendu pendant la grossesse ?
Les scientifiques se sont intéressés depuis longtemps à ces questions, et de très nombreuses études traitent de ce sujet. Faisons un petit tour des réponses des chercheurs, en suivant la temporalité vécue par le fœtus.

Entre 0 et 16 semaines

À ce stade précoce, la structure de l’oreille – comme beaucoup d’autres choses concernant le fœtus – ne peut pas vraiment être définie. Le bébé est entouré de sons, de vibrations et de mouvements qui sont « ressentis » à travers la peau et les squelettes.

Une étude de Stanley Graven et Joy Browne, deux chercheurs américains, a révélé que pendant cette période, les voix peuvent être entendues dans l’utérus au-dessus des bruits naturels de la mère et d’autres bruits déformés venant de l’extérieur. La hauteur des sons, l’accentuation et le rythme peuvent être entendus clairement, tout autant que de la musique.

Il y a également diverses études sur l’écoute fœtale. Sara Shahidullah et Peter Hepper, deux chercheurs irlandais, ont montré que l’écoute réactive du fœtus commence à environ 16 semaines – à quatre mois. À 16 semaines, le bébé à naître est particulièrement réceptif à la voix de sa mère, car les vibrations viennent directement de l’utérus. Le bébé ne reconnaîtra les tons plus profonds de la voix de son père qu’à 20-24 semaines, donc entre 5 et 6 mois .

Vers 24 semaines
Vers 6 mois de grossesse, les bébés développent des préférences pour certaines musiques. La chercheuse américaine Ruth Fridman a constaté que la fréquence cardiaque des bébés augmentait selon la musique et qu’ils se déplaçaient au rythme de la musique. Ensuite, une fois né, le nourrisson répondra plus à certaines musiques.
D’autres études suggèrent que les bébés à naître sont plus calmes lorsqu’ils écoutent de la musique classique, en particulier Mozart et Vivaldi. Quand il est exposé à Beethoven, à Brahms ou à de la musique rock, le bébé devient perturbé et bouge plus.
Stanley Graven et Joy Browne précisent que les écouteurs ne devraient jamais être placés directement sur l’abdomen d’une mère pendant la grossesse, risquant d’endommager l’oreille du bébé à naître.

À partir de 24 semaines
A partir de 6 mois de grossesse, on constate un curieux phénomène : le bébé répond au rythme de la lecture. Il va bouger et donner des coups de pied. Des études de Antony DeCasper et William Fifer ainsi que de Gina Kolata, dans les années 80, ont montré que lorsqu’on lisait une histoire au bébé (il s’agissait d’une histoire intitulée « A Cat in a Hat ») deux fois par jour, 6 semaines avant la naissance, le nourrisson qui écoutait ensuite l’histoire était plus attentif que lorsque c’était une autre histoire qui était lue par sa maman : il reconnaît la « musique » de l’histoire qu’il entendait quand il était dans le ventre de sa mère.

Que peut-on retenir de toutes ces études ?

  • Jusqu’à 16 semaines, le fœtus est sensible aux sons.
  • A partir de 16 semaines le fœtus peut entendre.
  • Il préfère manifestement la musique classique.

Que peut-on tirer de toutes ces études ?

  • Le développement de l’écoute peut commencer avant la naissance et a une influence positive après la naissance.
  • Cela peut se faire à travers l’écoute de musiques et d’histoires : le nourrisson reconnaît la hauteur des sons, les accentuations et les intonations qu’il a entendu lorsqu’il était fœtus.
***

Ces études confirment des études plus anciennes. Par exemple, il a été montré dès 1975 que les prématurés à qui l’on fait écouter de la musique 6 fois par jour reprennent plus vite du poids que les enfants à qui on a seulement parlé avec la même intensité.
D’autres études plus récentes ont étudié l’influence de l’exposition musicale prénatale sur l’interaction ultérieure entre la mère et son enfant. Par exemple, la chercheuse finlandaise Kaarina Marjanen a montré que la vie musicale prénatale entre la mère et l’enfant a une influence positive sur la relation mère-enfant dans les premiers 18 mois de la vie, en particulier : la mère s’accommode mieux de l’allaitement, le bébé dort mieux, ainsi que d’autres paramètres émotionnels entre la mère et le bébé, qui se déroulent mieux.
Cendrina Collet

Cendrina Collet

Références
Hearing and listening in the womb
Frequency discrimination by the fetus
The Maternal Womb : The First Musical School for the Baby
Pre- and postnatal music education for early mother-child interaction
Auditory Development in the Fetus and Infant
Dolby surround dans l’utérus

Suivez-nous, likez-nous 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Patientez...

Inscrivez-vous à notre newsletter

(une fois par mois)
Scroll Up