L’impact durable du stress précoce sur le cerveau

De nombreuses recherches en neurosciences ont montré les effets délétères d’un excès de stress sur le cerveau du petit enfant : le stress est un « tueur de neurones », et des zones normalement chargées de gérer le stress peuvent se développer d’une manière excessive au détriment d’autres zones dédiées à la mémoire, à l’apprentissage et au traitement des émotions.

Les facteurs de stress auxquels sont sensibles les petits enfants peuvent être très nombreux. Si la maltraitance physique et psychologique, la négligence ou la pauvreté sont des facteurs de stress importants, d’autres causes peuvent également créer un stress chronique, comme l’exposition aux écrans ou la brutalité des frères et sœurs

Une équipe de chercheurs de l’Université du Wisconsin-Madison (États-Unis) a mené une étude, publiée dans la revue Biological Psychiatry, qui a suivi 128 enfants de 12 ans ayant été victimes de négligence, d’abus ou d’autres facteurs de stress chroniques graves très tôt dans leur vie. Les enfants (ainsi que leurs parents) ont été interrogés sur leur petite enfance et sur les problèmes de comportement. Leur cerveau a également été scanné, en s’intéressant en particulier à l’hippocampe et à l’amygdale, qui sont tous deux fortement impliqués dans la façon dont le cerveau traite les émotions. Les résultats de ces enfants ont été comparés à ceux d’autres enfants d’un même niveau social. Il a été constaté, chez les enfants qui ont subi un important stress chronique dans leur petite enfance, que leur amygdale et leur hippocampe étaient plus petits, et plus ils étaient petits, plus les problèmes d’apprentissage et de comportement étaient graves. D’autres conséquences ont été notées comme la dépression, l’anxiété, de mauvais résultats scolaires et également des problèmes physiques.

Seth Pollak, co-responsable de l’étude, a déclaré:
« Nous n’avons pas vraiment compris pourquoi ce qui se passe lorsque vous avez 2, 3 ou 4 ans reste en vous et a un impact durable. Pour moi, c’est un important rappel que nous devons faire très attention à ce que vivent les petits enfants. Les adultes qu’ils deviendront formeront la société de demain. »

Ce qui ne signifie pas que le futur de ces enfants est déjà complètement écrit : « Ce n’est pas parce que c’est dans le cerveau que le destin est au rendez-vous » , déclare le chercheur. Le cerveau a une flexibilité et des ressources pour s’adapter. Mais ce n’est pas une raison pour lui rendre la tâche difficile. Toutes les causes potentielles de stress sur le petit enfant sont à prendre en compte dans une démarche globale d’aider le petit enfant à se développer correctement.

Bruno Hourst

Ressources

Behavior Problems After Early Life Stress: Contributions of the Hippocampus and Amygdala

The Lasting Impact of Early Life Stress on the Brain

Suivez-nous, likez-nous 🙂
Patientez...

Inscrivez-vous à notre newsletter

(une fois par mois)
Scroll Up