Selon une étude menée par des psychologues allemands, voir une autre personne en situation de stress - même si vous n’êtes pas impliqué dans la situation - suffit à déclencher la production de cortisol, l’hormone du stress dans votre corps.

L’étude utilise le terme de « stress empathique » pour décrire ce phénomène. Le fait d’être proche de la personne en situation de stress déclenche une plus forte réponse de stress empathique.
La directrice de l’étude, Veronika Engert, a été surprise par les résultats : « Le fait que nous puissions réellement mesurer ce stress empathique sous la forme d’une libération d’hormone significative était étonnant. Il doit y avoir un mécanisme de transmission par lequel l’état de la personne concernée par un stress peut provoquer un état similaire chez l’observateur jusqu’au niveau d’une réponse de stress hormonal. »

Les participants à l’étude ont même montré une réponse de stress empathique significative lors de l’observation d’étrangers sous stress, en regardant une vidéo.
Veronika Engert a souligné : « Cela signifie que même les programmes de télévision illustrant la souffrance d’autrui peuvent transmettre ce stress aux téléspectateurs.
Le stress a un énorme potentiel de contagion. »
Elle remarque également qu’il n’y avait pas de différence dans la réponse au stress empathique entre les hommes et les femmes. Cela va à l’encontre de l’idée selon laquelle les femmes sont plus empathique que les hommes.

Et à l’école, où les élèves dès leur plus jeune âge sont soumis à différentes formes de stress ? Voyez ce qu’en pense Emma, l’héroïne de BD créée par Jilème et Mieux-Apprendre.

Bruno Hourst

Références
Cortisol increase in empathic stress is modulated by emotional closeness and observation modality
Illustration Jilème