Nous savons, d’expérience, que le contact avec des personnes stressées a tendance à nous stresser nous-même.
Une recherche, certes sur des souris, apporte des éléments complémentaires intéressants et quelque peu surprenants sur ce phénomène, que l’on pensait être d’ordre purement psychologique.
L’étude, publiée dans la revue Neuroscience,a été menée sur des couples (mâle et femelle) de souris. L’une des deux souris a été exposée à un léger stress avant d’être remise avec son partenaire. Les résultats ont montré que la souris stressée et celle qui n’était pas directement stressée avaient les mêmes changements au niveau cérébral.
Le Dr Toni-Lee Sterley, qui a dirigé l’étude, précise : « Les neurones qui contrôlent la réponse du cerveau au stress ont été modifiés de manière identique chez le partenaire non stressé. »
Comment s’est transmis le stress ? Sous la forme d’un signal chimique (une phéromone) envoyé au partenaire pour l’alerter sur le stress.
La récupération du stress a eu des résultats surprenants. L’interaction sociale avec son partenaire a aidé les souris femelles à se remettre du stress, les neurones touchés se sont rétablis d’environ 50%. Par contre, l’interaction sociale n’a pas aidé les souris mâles à se remettre du stress.
Le professeur Bain, qui a participé à l’étude, conclue : « Si certains des effets du stress sont effacés par le biais des interactions sociales, mais que ce bénéfice est limité aux femmes, cela peut donner une piste sur des approches personnalisées pour le traitement des troubles du stress chez les êtres humains. »

Bruno Hourst

Références
Social transmission and buffering of synaptic changes after stress
The Danger Of Being Around Stressed People