Les chercheurs ont mis en évidence trois comportements particuliers des parents qui semblent essentiels pour le bon développement psychologique de l’enfant :

  • Dire à l’enfant qu’ils sont fiers d’eux
  • Dire à l’enfant qu’il a fait du bon travail
  • Aider l’enfant à faire ses devoirs

Dans une étude récente présentée lors de la conférence 2017 de l’American Public Health Association, Keith King et Rebecca Vidourek, de l’Université de Cincinnati (USA), ont montré l’importance des paroles et des actes attentionnés des parents envers leurs enfants.
Elles ont analysé les résultats de l’Enquête nationale américaine de 2012 faisant un tableau exhaustif de la santé mentale aux États-Unis.

Les résultats ont montré que les enfants âgés de 12 à 17 ans sont significativement plus susceptibles d’envisager, de planifier et de tenter de se suicider lorsque leurs parents n’adoptent pas certains comportements qui montrent à leurs enfants qu’ils se soucient d’eux. « Les enfants ont besoin de savoir qu’ils ont quelqu’un sur le dos, et malheureusement, beaucoup d’entre eux ne le font pas. C’est un problème majeur », a déclaré Keith King.

De façon surprenante, les résultats ont montré que ce sont les enfants de 12 et 13 ans qui étaient les plus affectés par les comportements parentaux. Les enfants de ce groupe d’âge dont les parents ont jamais ou rarement eu des comportements montrant qu’ils étaient fiers d’eux étaient presque cinq fois plus susceptibles d’avoir des pensées suicidaires et près de sept fois plus susceptibles de passer à l’acte. De même, les jeunes de 12 et 13 ans ayant des parents qui ne leur ont jamais ou rarement dit qu’ils faisaient du bon travail ou qui les aidaient à faire leurs devoirs couraient un risque excessif de suicide.

« Les parents nous demandent tout le temps," Que pouvons-nous faire ? ", a déclaré Keith King. Vous pouvez dire à vos enfants que vous êtes fiers d’eux, qu’ils ont fait du bon travail, et vous pouvez vous impliquer avec eux en les aidant à faire leurs devoirs. »

Le risque de comportements suicidaires chez les jeunes plus âgés (16 et 17 ans), bien que plus faible que chez les 12 et 13 ans, est encore significativement plus élevé lorsque leurs parents ne sont pas impliqués par des comportements actifs envers eux. Keith King explique cela par le fait que les adolescents ont trouvé à cet âge d’autres mécanismes pour faire face au manque d’engagement parental, comme par exemple la consommation de drogues ou des comportements sexuels à haut risque.

Rebecca Vidourek, co-auteur de l’étude, a déclaré :
« Une clé est de s’assurer que les enfants se sentent positivement connectés à leurs parents et à leur famille. »

Dans certains types d’éducation, il est admis qu’il n’est pas bon de complimenter l’enfant, de l’aider et de le soutenir dans son travail scolaire. Il semble donc que cela soit des modèles éducatifs à revoir.

Bruno Hourst

Références
Caring Parenting Can Influence Teen Suicide Risk
These Parenting Behaviours Cut Suicide Risk 7 Times

Navigation

Dans la même rubrique