Dans les années 70, un livre écrit par le psychologue américain Fitzhugh Dodson a connu un succès mondial. Il s’intitulait en français : Tout se joue avant 6 ans, titre qui n’exprimait pas correctement le titre original : How to Parent, que l’on pourrait traduire par « Comment être parent ».

Dans son livre, Dodson y exposait en particulier sa conviction de l’importance, dans les toutes premières années de l’enfant, des relations affectives dans le développement de sa personnalité, et que la (bonne ou mauvaise) qualité de ces relations affectives conditionnait et influençait l’individu jusqu’à l’âge adulte.

Les recherches plus récentes menées sur le développement du petit enfant, en particulier sur le plan cérébral, ont fait évoluer la perspective et l’ont élargie, et ont donné naissance au concept des 1000 premiers jours de vie, de la conception jusqu’à l’âge de 2 ans.

De très nombreuses études menées dans divers pays confirment cette hypothèse : la manière dont un individu débute sa vie influence sa santé physique et mentale à très long terme. Les chercheurs ont par exemple découvert que l’environnement auquel se trouvent exposés l’embryon, le fœtus, puis le nouveau-né pouvait augmenter les facteurs de risque de certaines maladies chroniques comme l’obésité, le diabète ou l’hypertension.
Leurs conclusions sont aujourd’hui regroupées sous le concept de DOHaD (Developmental Origins of Health and Diseases ou « Origines développementales de la santé et des maladies », qui a donné naissance à différents regroupements de scientifiques et de cliniciens de tous horizons, en particulier :
Grand Forum des Tout-Petits
1,000 Days
La Société Francophone Origines Développementales de la Santé (SF-DOHaD)

Les scientifiques à l’origine du mouvement DOHaD se sont d’abord concentrés essentiellement sur l’influence de la nutrition (et de la malnutrition) sur le développement du fœtus puis du petit enfant. C’est effectivement un point essentiel, que cela soit pendant la grossesse (et même avant, concernant la santé de la future mère – et du futur père également), et ensuite pendant les toutes premières années de la vie de l’enfant.
D’autres recherches montrent également l’importance d’autres facteurs, en particulier environnementaux, et leur influence sur le développement du fœtus puis du petit enfant.

Toutes ces recherches montrent l’extrême vulnérabilité du fœtus puis du tout petit enfant, et l’importance cruciale, pour la vie future de l’individu, que ces « 1 000 premiers jours » se passent aussi bien que possible.

Nous développerons les différents points essentiels de ces 1 000 premiers jours dans d’autres billets.

Bruno Hourst

Références
Developmental Origins of Health and Disease : Brief History of the Approach and Current Focus on Epigenetic Mechanisms