L’une des formes les plus fondamentales du comportement social consiste à copier les autres personnes. Piaget soutenait que les nourrissons ne pouvaient pas imiter les autres avant l’âge de 8 à 12 mois, arguant que pour imiter, il faut comprendre la différence entre soi et les autres, ce qu’est incapable de faire le bébé.

Cependant en 1977, Andrew Meltzoff de l’Université d’Oxford et M. Keith Moore de l’Université de Washington ont publié une étude qui remettait en question la théorie de Piaget. Cette étude est devenue un classique de la psychologie infantile, mais elle peut avoir de nos jours un intérêt tout particulier, comme nous le verrons à la fin de ce billet.

L’étude de Meltzoff et Moore était assez simple. Un expérimentateur était assis devant un nourrisson âgé de 12 à 21 jours. L’expérimentateur tirait la langue, ouvrait la bouche, pinçait ses lèvres et bougeait ses doigts, puis regardait, avec un visage neutre, les réactions du nourrisson. Et effectivement, les bébés semblaient le copier.

La clé de leur étude, cependant, a été de montrer que les nourrissons imitaient vraiment l’expérimentateur plutôt que d’ouvrir la bouche pour une autre raison.
Meltzoff et Moore ont testé toutes sortes d’explications alternatives :

  • Les nourrissons étaient-ils simplement intéressés par l’expérimentateur ? Probablement pas : quand l’expérimentateur ouvrait la bouche, les bébés répondait avec le même geste, pas en sortant la langue. Et quand l’expérimentateur a tiré sa langue, les bébés ont sorti la leur.
  • L’imitation n’était-elle qu’un réflexe quelconque ? Probablement pas : quand les nourrissons avaient une tétine dans la bouche pendant que l’expérimentateur sortait la langue, ils l’imitaient encore, dès qu’on leur retirait la tétine.
  • Les parents avaient-ils déjà appris quelque chose à leur bébé ? Non, les parents n’ont été informés du but de l’expérience que plus tard.
  • L’expérimentateur a-t-il accidentellement envoyé un signal aux nourrissons après avoir tiré la langue ou arrondit sa bouche ? Non, le visage de l’expérimentateur a été enregistré sur vidéo et a été évalué indépendamment comme étant vide d’expressions pendant les périodes de réponse du nourrisson.

Cette étude a maintenant été reproduite plusieurs fois et semble confirmer que les bébés naissent en étant en partie préprogrammés pour les interactions sociales ; ils n’ont pas à apprendre à naviguer dans un monde social complètement à partir de zéro. Dès leur plus jeune âge, ils ont une certaine emprise sur leur corps et peuvent copier d’autres personnes.

A notre époque se pose un problème nouveau : le bébé voit en permanence ses parents et les adultes qui l’entourent avec dans leur main un objet plat qui semblent avoir une grande importance pour eux – le smartphone. De la même manière qu’un bébé qui voit son père ou sa mère pratiquer souvent, par exemple, le piano aura une envie irrésistible de les imiter, le bébé va vouloir s’approprier cet objet qu’il voit en permanence être utilisé. Si les parents accèdent à son désir – le faire jouer avec leur smartphone, les conséquences peuvent être dramatiques, pouvant aller jusqu’à des comportements autistiques.
A partir d’un comportement psychologique inné – l’imitation – que va vivre tout petit enfant, on peut ainsi en arriver à des troubles psychologiques profonds si les parents n’y prennent pas garde. Parents : le smartphone n’est pas un jouet pour votre enfant, et évitez de le faire devenir un objet de convoitise irrésistible.

Bruno Hourst

Références
Andrew N. Meltzoff
Infants Imitate Others When Only Weeks Old

Navigation

Dans la même rubrique