Recevoir des fessées quand on est enfant peut conduire à de sérieux problèmes de santé mentale à l’âge adulte. C’est ce que confirme une étude qui a impliqué plus de 8 300 personnes âgées de 19 à 97 ans.

Le Dr Andrew Grogan-Kaylor, qui a dirigé la recherche, précise : « Considérer la fessée comme une violence physique / émotionnelle faite à l’enfant nous permet d’améliorer notre compréhension des problèmes de santé mentale chez les adultes. »

On a demandé aux participants à l’étude à quelle fréquence ils étaient fessés lorsqu’ils étaient enfants et s’ils avaient été maltraités d’autres façons.
55% ont déclaré avoir reçu des fessées, les hommes étant plus nombreux à avoir été fessés que les femmes.

L’étude a montré que les adultes qui ont reçu des fessées lorsqu’ils étaient enfant ont plus de chances d’être déprimés, de boire trop, d’utiliser des drogues illicites et de tenter de se suicider.

Selon Shawna J. Lee, spécialiste des effets de la maltraitance des enfants (University of Michigan School of Social Work), il est important d’éviter à tout prix la violence parentale : « On peut y parvenir en développant de programmes de formation des parents, basés sur données probantes, visant à éviter les difficultés dans l’enfance et les facteurs de risque à l’âge adulte. La prévention devrait être une piste essentielle de santé publique. »

Bruno Hourst

Références
|Impact of adverse childhood experiences on adult mental health -> http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0145213417301084?via%3Dihub]