Les gens disent souvent qu’ils veulent avoir des enfants parce qu’ils pensent que cela les rendra plus heureux. Pourtant certaines études suggèrent que la parentalité est associée à une diminution du bien-être. Cependant, d’autres études ont montré que la parentalité est liée à une satisfaction accrue de la vie. Il y a là un paradoxe, que nous côtoyons tous les jours.
Ce paradoxe intéresse les chercheurs : est-ce qu’avoir des enfants est bon pour la santé mentale, en particulier de la mère ?

Une étude, menée par Kathryn M. Rizzo de l’Université Mary Washington à Fredericksburg (Etats-Unis) et parue dans le Journal of Child and Family Studies, tente d’explorer ce paradoxe.
Le but de cette étude était d’étudier ce paradoxe en examinant la relation entre une forme spécifique de parentalité, le maternage soutenu, et la santé mentale de la mère. Un sondage en ligne a été proposé à 181 mères d’enfants de 5 ans et moins. Dans les cas de maternage soutenu, il a été constaté des résultats négatifs sur la santé mentale de la mère. En étudiant l’entourage familial, les chercheurs ont également constaté que lorsque les femmes pensent être le parent essentiel pour élever les enfants, elles sont moins heureuses et plus sujettes à la dépression et au stress.

Les résultats de cette étude suggèrent que lorsque les mères maternent trop leur enfant et pensent être le seul parent compétent pour élever leur enfant, cela est préjudiciable à leur santé mentale. Ce n’est donc pas le fait d’être parent qui est préjudiciable à la santé mentale, c’est le fait de trop materner ses enfants et de penser d’être seule capable d’élever ses enfants.
Autrement dit, à l’usage des mamans : se croire le centre absolu de l’univers de votre enfant, le seul et unique soleil autour duquel son bonheur et son bien-être peuvent se développer, n’est pas bon pour votre santé mentale – et sans doute pas bon non plus pour celle de votre enfant.

Bruno Hourst

Références
Insight into the Parenthood Paradox : Mental Health Outcomes of Intensive Mothering
Smother Mother : Why Intensive Child-Rearing Hurts Parents and Kids

Navigation

Dans la même rubrique