Lorsque l’on a la curiosité de taper « intelligences multiples » sur un moteur de recherche, ce qui vient en premier sont des propositions de tests, sous différentes formes. Des officines proposent sans vergogne des tests en se référant à Howard Gardner, le père de la théorie des intelligences multiples. D’autres personnes se présentant comme spécialistes des intelligences multiples proposent leurs tests, à qui veut bien s’y soumettre.

Que dit Howard Gardner sur le sujet ? Il est très clairement contre les tests. Il déclarait en 2005 dans une interview aux Cahiers Pédagogiques : « Je tiens à dire ma prudence à l’égard des tests. C’est contre l’idée d’un Q.I. qui mesurerait une intelligence unique et innée que s’est construite ma théorie. Il ne s’agit pas de multiplier les errements des tests de l’intelligence unique par mes huit formes (et demie) d’intelligence ! Une véritable industrie du test des intelligences pourrait naître, et pour moi, là, il y a un danger. »

Ce que craignait Gardner est arrivé : une industrie des tests « intelligences multiples » s’est développée, malgré son opposition.
Pourquoi les tests sont-ils contraires à l’esprit des intelligences multiples ? C’est ce qu’explique Gardner dans un article de Sciences et Avenir, en 2008 : la seule vraie manière de tester une intelligence, c’est de l’observer en situation, et non en répondant à des questions – questions qui sont, en plus, de forme uniquement verbale / linguistique ou logique / mathématique. Par exemple, ce n’est pas en répondant à des questions (« Combien avez-vous d’amis ? ») que l’on peut juger de l’intelligence interpersonnelle d’une personne, mais en la mettant dans une vraie situation où l’aspect interpersonnel est essentiel, comme dans un groupe qui fait face à un conflit entre des personnes.

On pourrait épiloguer longuement sur cette envie permanente de vouloir catégoriser l’être humain en le faisant rentrer dans des cases. Et sur cette curieuse propension de certaines personnes à détourner le travail d’un chercheur reconnu et respecté pour le faire rentrer dans leur propre manière de voir les choses – ou pour se faire de l’argent. Curieusement, on trouve beaucoup moins de tests en langue anglaise qu’en langue française, ce qui pose également question.

Bruno Hourst

Références
Les intelligences multiples - interview de Howard Gardner