Souvent, quand le médecin conseille de faire de l’exercice, le patient hoche la tête, mais pas grand-chose ne se produit. D’ailleurs, est-ce que le médecin croit vraiment au conseil qu’il donne ?
Pourtant, pour les personnes atteintes de maladie mentale, une activité sportive régulière peut avoir un effet similaire à celui des médicaments : c’est ce qu’a montré une méta-analyse menée par le National Center for Biotechnology Information (NCBI). Une activité physique régulière est aussi efficace que les traitements médicamenteux chez les patients souffrant de dépression.

***

Une autre méta-analyse comprenant 69 études sur un total de 35 682 participants a été menée par Davy Vancampfort et son équipe de l’Université de Louvain (Belgique). Elle a étudié le comportement sédentaire et l’activité physique chez les patients souffrant d’une maladie mentale grave telle que la dépression récurrente, le trouble bipolaire et la schizophrénie.
En moyenne, pendant presque 8 heures de leur temps d’éveil, les patients avaient peu d’activité physique. Ils avaient une activité modérée à importante pendant seulement 38 minutes par jour, beaucoup moins qu’un groupe de contrôle sain comparable.

***

Les patients atteints d’une maladie mentale grave ont l’impression qu’un certain nombre d’obstacles les empêchent d’être physiquement actifs de manière régulière. C’est ce qu’a étudié une autre méta-analyse regroupant 12 études avec un total de 6431 patients, menée par Joseph Firth et son équipe à l’Université de Manchester (Grande-Bretagne). Elle s’est intéressée aux facteurs de motivation et aux obstacles à l’activité physique chez les malades mentaux. Les chercheurs ont constaté que pour les personnes concernées, les principales raisons motivant une augmentation de l’activité physique était l’amélioration de leur santé, le souhait de perdre du poids, vouloir améliorer leur humeur et réduire le stress. Au contraire, une humeur négative, une charge de stress subjectivement élevée et un manque de soutien social ont été les raisons les plus fréquemment citées comme obstacles à une activité physique régulière.
Comme l’expliquent les auteurs, les patients sont pris dans un cercle vicieux : les aspects qui peuvent être améliorés par l’activité physique – en particulier la réduction du stress, l’amélioration de l’humeur et l’augmentation de l’énergie – sont contrebalancés par une humeur dépressive, du stress et un manque d’énergie lorsque les patients cherchent à appliquer leur résolution. D’où l’importance pour les patients de recevoir un soutien professionnel pour surmonter ces obstacles psychologiques et maintenir la motivation pour une activité physique régulière à long terme.

***

Pourtant, ce problème n’est pas nouveau, explique Valentin Markser de l’Institut für Sportpsychiatrie à Cologne (Allemagne) : actuellement, en Allemagne, lors d’une hospitalisation, il est proposé aux patients des cours de sport réguliers. Mais il n’existe pas de structures qui assurent que les patients ayant une maladie mentale suivent ensuite une activité physique régulière. Il serait, pour lui, très important de développer et de mettre en place des programmes d’activité physique qui soient pris en charge par l’assurance maladie.
Selon lui, les médecins qui s’occupent de patients atteints de troubles psychiatriques ne sont pas toujours suffisamment conscients de l’importance de l’exercice régulier sur la santé mentale et physique : « Aucun patient ne devrait sortir du cabinet de médecin sans une recommandation pour une thérapie sportive et de l’exercice ».

Un groupe de travail de la DGPPN – Deutsche Gesellschaft für Psychiatrie und Psychotherapie, Psychosomatik und Nervenheilkunde – (Société allemande de psychiatrie, de psychosomatie et de neurologie) travaille actuellement sur un projet dans lequel les patients souffrant d’une maladie mentale puissent avoir du sport « sur ordonnance », comme cela est déjà possible pour les maladies physiques chroniques telles que les maladies cardiovasculaires – avec prise en charge par l’assurance maladie.

Bien que le sport soit meilleur marché que les médicaments et qu’il n’ait pas d’effets secondaires, son potentiel de guérison des maladies mentales n’est pourtant – pour l’instant – que peu ou pas utilisé.

Cendrina Collet

Références

Effects of exercise on anxiety and depression disorders : review of meta- analyses and neurobiological mechanisms
Sedentary behavior and physical activity levels in people with schizophrenia, bipolar disorder and major depressive disorder : a global systematic review and meta‐analysis
Motivating factors and barriers towards exercise in severe mental illness : a systematic review and meta-analysis
The transcending benefits of physical activity for individuals with schizophrenia : a systematic review and meta-ethnography
Deutsche Gesellschaft für Psychiatrie und Psychotherapie, Psychosomatik und Nervenheilkunde