Il est habituel d’apprendre de la manière suivante : on introduit un apprentissage (par exemple le théorème de Pythagore) puis on fait des exercices d’application (par exemple, une douzaine de problèmes que l’on résout en utilisant le théorème de Pythagore). Cela signifie que les élèves savent quelle stratégie est nécessaire pour résoudre le problème avant de le lire.

Une approche alternative consiste à entremêler (interleaving) plusieurs compétences à acquérir et différents types de problème. Les élèves doivent alors choisir une stratégie sur la base du problème lui-même, comme c’est le cas lors de problèmes plus complets et plus complexes qu’ils devront résoudre par la suite.

Cette approche de l’apprentissage dans laquelle on entremêle dans une succession rapide différentes choses à apprendre ou à pratiquer peut conduire à des gains très importants dans les résultats finaux de l’apprentissage. C’est ce qu’ont montré plusieurs études.

Certaines ont d’abord été faite sur des sportifs et des musiciens. Par exemple, les joueurs de tennis peuvent mélanger la pratique des coups droits, des revers et des volées dans la même séance de travail. Les musiciens peuvent pratiquer des gammes, des arpèges et des accords dans la même séance de travail. C’est une méthode assez différente de la façon dont les gens apprennent normalement : en général, le joueur de tennis travaillera son coup droit pendant toute une séance, ou le musicien travaillera ses gammes pendant une heure.

Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Educational Psychology montre les avantages spectaculaires de cette manière de faire sur la performance des enfants dans l’apprentissage des mathématiques.
Dans une expérience menée par Doug Rohrer de l’Université de Floride du sud, 126 élèves, répartis en deux groupes, ont appris les mêmes notions mathématiques sur une période de trois mois. Le premier groupe a appris une à une les différentes notions de mathématiques, en les appliquant ensuite dans la résolution d’exercices. Pour le deuxième groupe, les compétences à acquérir et les problèmes à résoudre ont été entremêlés, de telle manière que les élèves devaient déterminer quelle notion mathématique utiliser pour résoudre chaque problème.

Les résultats ont été impressionnants.
Sur un test réalisé le lendemain, les élèves qui utilisaient la méthode d’entremêlement ont eu des résultats 25% meilleurs que les élèves ayant appris bloc par bloc.
Et, lors d’un test réalisé un mois plus tard, la méthode d’entremêlement a permis des résultats 76% meilleurs que la méthode bloc par bloc.
C’est une augmentation considérable, étant donné que les deux groupes ont appris la même chose pendant le même laps de temps, mais l’un avec un enseignement entremêlés, l’autre avec un enseignement bloc par bloc.

L’un des inconvénients potentiels de cette manière de faire est qu’elle peut surprendre et déstabiliser au début : au lieu de se concentrer sur une compétence à la fois, on doit travailler sur deux compétences ou plus en même temps.
Mais, à y réfléchir un peu, ces résultats spectaculaires n’ont rien d’étonnant : le cerveau passe son temps à faire des liens et des interconnections. L’obliger à pratiquer une seule chose de manière répétitive est contraire à son fonctionnement normal.

Bruno Hourst

Références
Interleaved Practice Improves Mathematics Learning
The Secret to Better Learning That Most People Don’t Know